En forêt, le réveil de la grenouille rousse

frog-pictureDes températures nocturnes plus douces et la pluie qui revient… C’est bientôt l’heure du réveil d’un petit peuple secret à la fin de l’hiver. Avec le redoux (au minimum 4°C en soirée) et avec la pluie, crapauds, grenouilles et tritons redeviennent actifs et se rendent dans leurs milieux aquatiques d’origine pour se reproduire. C’est une renaissance périlleuse et un exploit. Pendant des mois, la grenouille a résisté au gel cachée sous une litière de feuille, une souche d’arbre ou en s’envasant dans le fond d’un ruisseau. En hiver, sa température corporelle peut descendre jusqu’à presque 0°C. La respiration pulmonaire s’arrête et le coeur ne bat plus qu’une ou deux fois par minute.

Dans notre région, la grenouille rousse est la plus précoce en février. C’est une terrestre qui vit une existence secrète dans les milieux humides, bois (ornières des chemins forestiers, mares), dépressions prairiales, terres cultivées, parcs et jardins. Résistante au froid, c’est aussi une alpiniste qui apprécie les régions de montagne et le nord-est de la France. Dans notre vallée, les forêts de feuillus et les reliefs humides de la Vallée du Bout du Monde offrent un bon gîte pour l’espèce.

A son réveil, la grenouille rousse a une mission qui la guide irrésistiblement dans une seule et unique direction: le point d’eau où elle est née, pour à son tour se reproduire. C’est la migration prénuptiale, une migration qui relève de l’exploit pour ce petit animal aux capacités de locomotion limitées. Pour rejoindre les points d’eau, les grenouilles migrent en masse la nuit, en empruntant pour beaucoup le même chemin,  quitte à franchir des surfaces encore enneigées, des routes bitumées et des obstacles multiples, sur une distance pouvant atteindre 2km dans un sens puis dans l’autre.

Pour la guider dans son chemin migratoire, la vue et l’ouie lui sont de peu de secours. Heureusement la grenouille a d’autres sens qui nous échappent: elle est sensible à la position des astres ainsi qu’au magnétisme terrestre. Et surtout, elle a mémorisé le parfum unique du point d’eau dans lequel elle a baigné en tant que tétard. Car chaque plan d’eau (mare, fossé, une ornière humide en forêt ou dans un pré) dégage une odeur particulière selon la chimie et les êtres vivants qui le peuplent.

Arrivée à son point d’eau, il faut ensuite occuper le terrain, se reproduire avec ses congénères et pondre une énorme quantité d’oeufs … en espérant que l’un d’eux survive aux prédations à l’état de tétard et, avec beaucoup beaucoup de chances, se transforme à son tour en grenouille. Dès sa ponte terminée, notre discrète grenouille rousse s’éclipse pour retourner à sa vie humide et secrète en forêt… jusqu’au printemps suivant.

Références: la Salamandre – La revue des curieux de nature
Un dossier complet à lire dans le numéro 238 de la Salamandre (février-mars 2017)
la Salamandre Junior pour les 8-12 ans pour apprendre en s’amusant et découvrir la vie incroyable de ces animaux. salamandrejunior.net

SOS grenouilles !
En Bourgogne, 16 espèces d’amphibiens différentes sont recensées mais toutes ces espèces subissent un important déclin. Les amphibiens sont très fragiles et menacés. Les principales raisons de leur déclin en France sont la dégradation et la disparition de leurs habitats de reproduction, les zones humides.

Très sensibles à la pollution, leur peau est très perméable aux polluants et aux pathogènes.

Avec le morcellement du territoire, il est fréquent qu’ils soient contraints de traverser des routes. Cette traversée leur est bien souvent fatale. Avec les problèmes de pollution et la disparition de leurs habitats, les populations d’amphibiens sont déjà gravement menacées. Les écrasements routiers viennent encore aggraver ce phénomène. Face au danger qui pèse sur les amphibiens, plusieurs structures développent depuis de nombreuses années des actions de sauvetage et des programmes de suivis sur toute la Bourgogne. Pour conjuguer les efforts et mutualiser les connaissances, un groupe de travail nommé SOS Amphibiens Bourgogne a été créé en 2012. Sur le site www.bourgognenature.fr, le programme « SOS Amphibiens » vous communique les dernières informations sur les actions de sauvegarde.

Vous pouvez ainsi venir en aide aux batraciens dans notre région à travers le groupe SOS Amphibiens.
-être attentif aux éventuels sites d’écrasements que les batraciens peuvent rencontrer
-rapporter ses observations sur le site http://www.bourgogne-nature.fr
-assister  le groupe sur le terrain

SOS Amphibiens Bourgogne

frog-picture-2


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s