L’eau, mystère des origines … suite

le-chemin-de-leau-en-pays-calcaireL’eau est très présente dans la Vallée du Bout du Monde, la rivière Cosanne bien sur mais aussi les nombreuses sources, les ruisselets sous-terrains ou de surface que l’on retrouve en amont sur le plateau, puis en forêts, en bordure de prairies et en creux de vallée. L’eau affleure dans les prés, ravine dans les fossés humides, jusqu’à nos jardins. Elle fait vivre une nature d’une biodiversité unique, feuillus, flore, batraciens, libellules… et elle sous-tend les activités humaines d’élevage et de loisirs de la vallée du Bout du Monde.

En pays calcaire, l’eau emprunte des chemins très divers. Issue des précipitations en amont, elle ruisselle, creuse des vallées superficielles, s’élargit en rivière ou disparait dans le sous-sol pour resurgir plus loin en exsurgences ou en modestes sources.

Dans notre pays calcaire, l’eau apparait d’abord sur le plateau en amont sous l’effet des précipitations. Puis elle se perd et pénètre la roche, n’étant pas retenue par des couche imperméables. Les interstices du calcaire la laissent circuler dans son dédale de fissures, de galeries et de grottes. Elle retrouvera plus loin des couches imperméables marneuses qui la guideront pour déboucher à l’air libre.

La circulation capricieuse de l’eau est à l’origine de l’exsurgence de la cascade du Bout du Monde, la résurgence de la grotte de la tournée, la formation des nombreuses sources de la vallée et des ruisselets secondaires qui descendent du plateau pour alimenter la vallée …et la rivière Cosanne. La rivière Cosanne est typique de l’hydrographie du nord-est de la Bourgogne et permet d’expliquer l’importance des niveaux argileux.

Les couches sédimentaires, tels des mille-feuilles, alternent des niveaux calcaires perméables et des niveaux argilo-marneux plus ou moins étanches. Si les premiers contribuent à marquer profondément les paysages, les seconds jouent un rôle important dans le parcours de l’eau et dans la création de zones humides.
Les eaux de précipitations qui s’écoulent dans les profondeurs du Karst se heurtent à ces planchers imperméables. Elles ressortent sous la forme d’exsurgences, de résurgences, de sources aux débits variés.

La rivière Cosanne prend sa source sur le plateau, au niveau de la fine couche de marnes à petites huitres. L’eau se perd ensuite en grande partie dans le banc de calcaire à entroques, épais de 26m. Le reste franchit la reculée du Bout du Monde en formant la maigre cascade du cul de Ménevault, qui peut grossir soudainement lors des épisodes pluvieux. La rivière reconstituée au pied du cirque continue son cheminement sur les marnes de l’Auxois.

Référence: La Bourgogne – Delachaux & Niestlé

Le mystère des origines de la Cosanne et des nombreuses sources de la Vallée se dévoile. L’eau nait sur le plateau avant de circuler par de multiples chemins dans la vallée.

 

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s