La forêt des combes a l’allure montagnarde

Les forêts en Bourgogne sont multiples et très diversifiées. Cette richesse est intimement liée à la diversité des conditions situationnelles présentes en Bourgogne (géologie, climat, topographie et morphologie). Les forêts sont de véritables refuges pour tout un ensemble d’espèces animales, protégées ou non : oiseaux, mammifères, insectes.

Taillées dans un calcaire résistant, le relief abrupt des combes de la Côte et de l’Arrière Côte présentent une grande diversité de milieux naturels : éboulis, rochers, falaises, fourrés et pelouses thermophiles. Les forêts des combes abritent tout particulièrement une grande diversité sur une aire très réduite. Des forêts riches en espèces méridionales et montagnardes se développent sur le versants exposés au sud et au nord.

Un taillis de chênes pubescents encombré de buis recouvre l’adret exposé au sud. Ces bois de chênes blancs ajourés de blocs rocheux et de falaises sont comparables au midi de la France. La pente opposée, exposée au Nord, est le domaine privilégié du hêtre , une essence qui apprécie l’ombre et l’humidité atmosphérique. Le sol épais du fond de vallon, le talweg, permet le maintien d’une forêt linéaire de chênes pédonculés et de frênes.  Le « bout du monde » situé à la naissance de la combe, prend l’aspect d’un ravin où le tilleul à grandes feuilles et plusieurs espèces d’érables plantent leurs racines entre de gros blocs moussus.

La chênaie pédonculée-frênaie de fond de combe est rare car les talwegs sont étroits ou souvent utilisés comme axes de circulation forestiers.  Ce type de forêt se distingue des peuplements contigus des pentes par sa richesse en chênes pédonculés et en frêne, qui indique un sol profond avec de bonnes réserves en eau. La strate herbacée luxuriante abrite des espèces originales comme l’ail des ours ou la nivéole printanière.

La forêt de ravin à tilleuls et érables a des allures montagnardes, dignes des reculées jurassiennes. Des plantes des ravins de montagne, derniers témoins des périodes froides du quaternaire, subsistent encore dans des stations privilégiées, les combes de l’arrière-côte constituant leurs derniers refuges. D’autres plantes comme la dentaire pennée apprécient l’ombre et l’humidité du bout du monde de Vauchignon  Les arbres morts enchevêtrés des combes accentuent encore l’aspect sauvage de ces lieux humides, frais et moussus. Les forêts des combes sont le refuge d’ une faune d’une grande diversité : pic noir, pic épeiche, chouette hulotte, sittelle torchepot, pipistrelle, lucarne cerf-volant…etc. Des arbres inexploités mais indispensables au maintien d’une certaine diversité: Du bois mort pour la vie !

Références: 
CEN Bourgogne - Les Milieux Naturels Forestiers de Bourgogne
La Bourgogne - paysages naurels, faune et flore -Edition Delachaux & Niestlé


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s