Les grues cendrées migrent … direction Nord-Est

Vol de grues en VGuettez le ciel en ce moment et quand les conditions météorologiques sont favorables, vous aurez peut-être la chance de voir les grues cendrées en vol migratoire au-dessus de la vallée. Peut-être les repèrerez-vous d’abord à leurs cris de ralliement, avant même de les voir en vol, leurs « grou grou » perçants et nasillards s’entendent de loin, parfois à plusieurs kilomètres !

Le 4 mars, un petit groupe composé de 8 grues cendrées est resté quelques minutes en survol du cirque du bout du monde à Vauchignon, avant de poursuivre sa migration vers l’est.

***********

La grue cendrée est l’un des plus grands oiseaux d’Europe avec ses 2m à 2,4m d’envergure. Son plumage, comme son nom l’indique, est de couleur gris-cendre avec des plumes noires sur les rémiges secondaires. Quand elle est au repos dans les champs, on peut observer la tache rouge au-dessus de sa tête, qui résulte simplement de l’absence de plume et à l’irrigation sanguine.

Mais c’est en vol que le spectacle est  le plus impressionnant. Les grues forment souvent de très grands groupes dans le ciel, en formation en V,  cous et pattes tendues dépassant à l’arrière. C’est un vol lent et puissant, elles peuvent voler sur de très longues distance et très haut en altitude. Elles parcourent 40 à 80km/h en moyenne et, si les vents sont porteurs et puissants, elles peuvent se déplacer à plus de 100km/h et traverser la France en une journée. Le groupe est guidé par un individu, qui une fois fatigué, permute sa place avec un ou une congénère.

La France est un important pays d’accueil non seulement pour les migratrices en halte mais aussi pour les hivernantes qui vont passer 6 mois en France. Les principaux sites fréquentés par les grues sont la Lorraine (Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle) et la Champagne humide (Lac du Der et étangs périphériques, Lacs de la Forêt d’Orient) pour le nord-est de la France, le grand centre de la France (Cher, Nièvre, Indre, Allier), la Gironde (Captieux) et les Landes (Arjuzanx) pour le sud-ouest. Ces sites se situent directement sur l’axe principal de migration. Les populations qui hivernent en France sont d’environ 100 000 à 120 000 individus.

Les grues qui ont passé l’hiver en Champagne quittent les sites progressivement, le plus souvent dès la fin janvier. Les grues en provenance d’Aquitaine migrent autour du 25 février. Puis c’est au tour des grues d’Espagne dont le pic de migration se situe le plus souvent autour du 1er mars. La migration est rapide sauf si les conditions de migration se dégradent (fort vent de nord-est, pluie…). Les adultes n’ont en effet qu’une idée en tête, rejoindre les sites de reproduction le plus rapidement possible, pour prendre les meilleures places et commencer a nicher tôt. Les grues qui hivernent ou transitent par la France nichent essentiellement en Suède, Finlande, Allemagne du Nord et Pologne.

La chasse et l’assèchement des zones humides ont éliminé les populations nicheuses de toute la moitié sud de l’Europe (dont la France) entre 1880 et 1965. L’espèce est protégée en France depuis 1967.

La migration des grues est surveillée par de nombreux ornithologues et naturalistes tout au long de leurs chemins de vol. Si vous avez la chance de voir ces grands oiseaux en migration au-dessus de vos têtes, vos observations sur le portail régional de la LPO seront très utiles.

En cliquant sur le lien ci-dessous
LPO Côte d’Or


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s